Djam La Revue

Cecil L. Recchia au Sunside le 15 janvier 2016

Le 15 janvier dernier, Cecil L. Recchia a présenté son premier album Songs of the Tree au Sunside. Paru il y a quelques semaines, cet album rend hommage à l’œuvre du grand Ahmad Jamal. La chanteuse, visiblement ravie d’être sur la scène du Sunside, était entourée de Frédéric Chiffoleau à la contrebasse, de Bastien Brison au piano et du batteur David Grebil dont on a appris qu’il était à l’origine du projet.

On aurait pu s’attendre à un énième concert de jazz vocal et croire qu’on allait tomber sur les ressorts classiques de la chanteuse qui en fait des tonnes pour séduire. Mais c’est peu connaître Cecil L. Recchia qui n’a pas besoin de tels artifices. Tout sourire et faisant preuve d’une générosité sans faille, la chanteuse a interprété une bonne partie de Song of the Tree. Faisant preuve d’une très grande maîtrise technique, elle a enchaîné les morceaux en affichant tour à tour de la sensualité avec par exemple « The Breeze and I » ou une nonchalance – qui reste de surface – avec le très attendu « Poinciana », une belle appropriation du style « jamalien ». On a également découvert une très bonne interprète comme sur le morceau « You’re Blasé » qui exprimait avec beaucoup de justesse toute la lassitude de la femme découragée par son partenaire. Ah, si tous les couples se faisaient leurs reproches avec autant de classe…

Janvier 21, 2016 by Fara Rakotoarisoa

On en parle…

Ce qu’ils en disent…

Franchement une vraie réussite sur laquelle, sans vous commander, vous devriez vous ruer soit en écoutant l’album soit en allant l’écouter la chanteuse.
Jean-Marc Gelin - Les dernières nouvelles du jazz

Avec "Songs Of The Tree", le label Black & Blue a une fois de plus visé juste! Cecil L. Recchia évoque l'univers d'Ahmad Jamal avec un point de vue dont la justesse n'a d'égale que celle de son chant. Entourée d'un trio très enthousiasmant, qui ne tombe jamais dans le piège, elle nous accompagne, tout au long de ce vibrant hommage, pour nous annoncer la bonne nouvelle: le jazz classique n'est pas mort!
Jérôme Badini - France Musique

Elégant de bout en bout | Laurent Valero - Fip

Il y avait bien des risques à l’entreprise très classique qu’envisage la chanteuse pour son premier album sous son nom. Mais Cecil Recchia y fait face avec un esprit mutin (aussi emprunté à Jamal, à n’en pas douter) doublé d’une maîtrise très sure de sa voix comme de sa musique. Elle trouve dans l’œuvre du pianiste un idiome où se libère sa propre parole, parmi les espaces diaphanes d’un jazz dont le classicisme n’a pas fini d’apporter ses surprises. Espérons que Cecil L. Recchia continue de faire partie de ces dernières pendant longtemps.
Pierre Tenne – Djamlarevue

Album mature et profondément inspiré. Un timbre de voix élégant, toujours dans le bon goût, évitant de tomber dans le piège classique de l'ostentation vocale. Cecil L. Recchia nous prouve avec ce "Songs of the Tree" que le jazz hexagonal n'a rien à envier aux productions outre-Atlantique.
Laurent Paranthoën - Batteur Magazine

Une belle réussite, qui se redécouvre à chaque nouvelle écoute
Alain Lambert - Musicologie.org

"Songs of the Tree" a la teneur d’un alcool distingué, d’une ambiance feutrée de club, d’un refuge de délicatesse et d’esprit dans un monde de brutes (...) avec de la finesse et du chic (...) . C'est l’album précieux d’une chanteuse inspirée qui ne laisse pas du tout… "blasé"
Laurent Deburge - Toutelaculture.com